Dans la loge de Marie Dorval

Dans la loge de Marie Dorval

théâtre / seule en scène

tout public et scolaires

durée 1h

de Gilbert Soussen
adaptation Sophie Le Corre
mise en scène Vincent Auvet

avec
Sophie Le Corre

voix off Jean-Michel Beugnet
décors Léna Forlen costumes Domi
photos Catherine Cipan

Théâtre Carpe Diem

Dans l’intimité de sa loge avant une imminente entrée en scène, Marie Dorval nous fait partager ses souvenirs d’enfant de la balle, ses anecdotes sur le théâtre, ses réflexions sur son statut complexe d’actrice et de femme libre dans une époque ou l’une comme l’autre peine à se faire une place.

Marie Dorval est une actrice bien oubliée de nos jours mais qui, à l’instar de sa grande rivale, Mlle Mars, avait une place à part. Ni très jolie, ni très distinguée, elle avait, d’après Victor Hugo, l’art de jouer vrai, de pleurer de vraies larmes et de vivre vraiment sur les planches la vie de ses personnages.

De son amitié avec Georges Sand à ses amours avec Alexandre Dumas, Alfred de Vigny, le grand amour de sa vie, c’est à un voyage dans le 19ème siècle auquel Marie nous convie pendant une heure.

Un témoignage construit à partir de ses lettres, écrites au cours de ses tournées, où elle nous révèle le mieux sa sensibilité, son énergie immense et les vertiges de ses désillusions…

Sophie Le Corre s’est glissée avec passion dans ce rôle pour faire corps avec Marie Dorval. Sa fantaisie, son courage, ses passages du rire aux larmes… Seule en scène, elle dialogue avec le public, le prend à témoin, lui fait partager ses douleurs et ses joies.

 

"Il faut saluer la performance de l'interprète qui nous livre un portrait très juste et tout en sensibilité de cette femme qui connut une vie exceptionnelle pour l'époque, une vie libre et passionnée. (...) Les figures célèbres de ce temps se dressent devant nous par la magie du verbe, Hugo, Dumas, Musset, George Sand et Vigny, le grand amour de Marie. (...) Merci pour ce très joli spectacle, un instant de fraîcheur et de poésie dans un monde qui en a si peu." Reg'Arts

"Ce propos va avec justesse à Sophie Le Corre, dont le jeu n’est affecté d’aucun maniérisme. Seule en scène, elle donne corps au nom de Marie Dorval" Main Tenant